NITMILUK National Park (suite)

 

Bess’on the road - Australie

Après l’effort, le réconfort : mon père fait griller d’excellents beefs sur un des BBQ mis à disposition pour les touristes.

Nous mangeons donc du beef et du riz devant un baobab.

Nous partons à 6h30 du matin du camping pour nous baigner dans une nouvelle source thermale où l’eau est cette fois à 35°C.

Mais attention aux crocodiles (on en a toujours pas vu), et aux feuilles de palmiers qui tombent… je rigole pas on en a vu plusieurs tomber près de nous, c’est la « wet season ». Il faut bien ça avant de partir pour 6 heures de route (600 kms).

 

 

Nous faisons un trajet de 1200 kms en 2 jours et c’est très ennuyeux car le paysage ne change pas d’un poil (lignes droites et toujours des lignes droites). A part ça, je ne vois pas ce qu’il y a d’autre à dire.

Sur la carte, nous décrivons le trajet, il n’y a rien à 1000 kms à la ronde … enfin si on ne compte pas les pompes à essence. Seule distraction : les changements de temps (très beau temps, violents orages et pour finir, nuageux.)

 

Comme dit plus haut, la traversée est soporifique mais  heureusement nous achetons deux jeux de cartes pour passer le temps … un rouge et un bleu, on se sert du bleu pour faire les mises au poker. Sinon on regarde aussi passer le train ...

 

 

 

Le mot des parents :

La traversée entre Kathrine et la côte Est pendant 3 jours ininterrompus est un peu soporifique. Des étapes de plus de 250 kms sans âme qui vivent et sans pompe à essence (attention à bien gérer ses appros). Peut-être aurait il été plus judicieux de rester 4 jours à Darwin pour rayonner en voiture sur les parcs et reprendre l’avion pour Cairns avant de descendre la côte en CC…

 

Heureusement, on voyage dans un camping car et on peut lire (merci le e-book, j’ai avalé « L’oeuvre » de Zola, les enfants adorent les nouvelles fantastiques de Maupassant (!!!)) , réviser les leçons d’espagnol et d’anglais et surtout, avoir de grandes discussions avec les enfants. Ah, n’oublions pas aussi les chamailleries pour savoir qui sera assis devant pour avoir une plus belle vue ...sur la campagne désertique !

Si la vue de la première termitière m’a émue (je ne pensais pas en voir en vrai dans ma vie !!!), hé bien, je suis servie, il y en a à perte de vue, des petites, des très grandes, des pointues, des se finissant par une boule, … bref, il y en a pour tous les goûts !

Ah, oui, pour les filles, petit paragraphe sur les toilettes : quand on va aux toilettes dans les camping, en Australie, on regarde par-terre, au plafond, derrière la porte. Et on se dépêche, surtout si c’est la nuit car il y a pleins de cris d’oiseaux, de crapauds, de chauve-souris qui donnent une ambiance nocturne assez impressionnante.

Et si on prend le temps de lire les diverses pancartes affichées sur les portes, on fait encore plus vite !!! : « Attention, avec la saison humide, il y a plus de serpents ! » ou « Fermez bien la lunette des toilettes car l’eau attire les grenouilles qui attirent les serpents » , ...

J’ai fait beaucoup de progrès par rapport à ces peurs ancestrales !!!

Et pour finir, qui croyez-vous qui marcha sur un petit serpent en allant aux toilettes, dans la nuit noire ? … c’est Patrick ...qui a dû gagner le record du saut en hauteur !!!

Nous reprenons donc la route et tout le long, nous voyons des termitières plus ou moins géantes.

A droite, un « Road Train » (camion qui tire derrière lui plus de 2 remorques, pouvant aller jusqu’à 54 mètres de long.)… depuis le temps qu’on en croise, on se devait bien de faire une petite photo.

Certains ont très mal terminé leur traversée du Nord de l’Australie !

 

 

 

Pages : 1 - 2 -   3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10